02 mars 2007

RABAT - MEHDIA

 

 

Aujourd'hui, my sweet Ginet reprend du service même si elle n'a jamais vraiment cessé de rouler, surtout à l'intérieur de la ville. 

Il fait bon ce matin pour une petite centaine de kilomètres à travers champs et sables.

 

 

 

 

 

D'abord, sortir de la ville, sans griller les feux oranges...

Ce qu'il y a de super à vélo, c'est qu'on n'a pas de plaque

et qu'on ne vous demande jamais votre permis...

 

 

 

 

 

 

 

Franchir le Bou-Regreg.

En amont du pont, presque rien n'a changé...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Franchir les Trois Portes,

et prendre tout de suite à gauche dans les nouveaux quartiers de Salé

qui ont remplacé les petits jardins maraîchers...

Je m'arrête au "SnacK d' Océan",

je prend des forces pour 20 dirhams (2 euros!!!)

coca-cola compris.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gagner le bord de mer... Et le suivre, vers le Nord...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" Et mon ombre se déshabille

dans les bras semblables des filles où j'ai cru trouver un pays...

Est-ce ainsi que les hommes vivent

et leurs baisers au loin les suivent,

comme des soleils révolus... "

 

 

 

 

 

 

 

Philistins épiciers, tandis que vous caressiez vos femmes,

en songeant aux petits que vos grossiers appétits engendrent...

Vous pensez ils seront menton rasé ventre rond, notaires...

Mais pour bien vous punir, un jour vous voyez venir sur terre,

des enfants non-voulus qui deviennent chevelus,

poètes"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

""Campagnes"" à la lisière du plus bel océan du monde...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour prendre ces images,

je suis obligé de quitter my sweet monture

et de me coucher dans l'herbe et la terre rouge.

En fin de journée, je serai aussi sale qu'un jeune chenapan...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après la plage des Nations,

le chemin se perd dans les pierres et dans les sables.

Je suis obligé bien souvent d'aller à pied,

je passe une fois de plus ma main droite

dans la chevelure d'acier du guidon de my sweet Ginet,

et nous allons au rythme paisible d'un couple de promeneurs solitaires...

Tout au bout de l'immense plage,

on devine la tâche blanche de Mehdia...

 

 

 

 

 

 

 

Un pêcheur suit de près la côte,

nous arriverons presque ensemble à l'embouchure du Sebou.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Entre deux sables, on musarde,

on prend la pose avec my sweet Ginet..

 

 

 

 

.

 

 

En approchant de Sidi Taïbi, des petits bergers-footballeurs

sont à peine surpris de me voir passer au milieu de leur univers...

 

 

 

 

 

 

 

Ils me regardent m'éloigner sans oser traverser le petit carré d'un blé qui lève...

Bravo les petits bergers...

 

 

 

 

 

 

 

Aux abords du lac de Mehdia, les genêts blancs sont en pleine floraison,

cela embaume, des senteurs de miels clairs, 

un parfum transparent qui entre par les narines

et reste prisonnier entre vos yeux et vos oreilles,

une odeur de paradis...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au bout du lac de Mehdia, sous le grand Marabout,

j'ai beau expliquer à deux petits marchands d'escargots

qu'ils sont trop petits pour enfourcher my sweet Ginet, rien n'y fait :

cela chancelle un peu comme une balancelle pendant les premiers mètres,

puis ça roule, et on sourit avec bonheur,

fier comme (bar-tabac) Artaban...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après avoir longé le lac aux senteurs de miel d'acacia,

revoilà les beaux reflets de l'océan à l'entrée de Mehdia.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mehdia-Plage, boulevard du Front de Mer,

je reconnais une chère maison où j'ai dormi jadis,

mais je ne veux pas savoir ni ce qu'elle fut, ni ce qu'elle est devenue...

Je m'enfuis vers les jetées du Sebou,

vers la houle éternelle...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Personne pour surfer cette vague dans le courant de la jetée...

Elle est toute entière pour Bertrand.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la passe du Sebou,

les pêcheurs négocient la houle avant de remonter le hâvre de la rivière.

C'est là que j'ai éprouvé lors des tempêtes d'hiver, avant même d'être marin,

mes premières angoisses maritimes.

Aujourd'hui, le temps est maniable,

mais la vigilance reste toujours de mise...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au bout de la jetée,

un loup surpris par une ligne, vient de passer du grand océan

à une petit flaque d'eau saumurée dans un recoin de tétrapode...

Dernière piscine, je ne peux rien pour lui.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les pierres de la jetée,

un pêcheur a pris racine, c'est là qu'il dort, c'est là qu'il vit,

attendant aujourd'hui que la houle baisse

pour aller caler son filet avec son bateau-chambre à air.

Chapeau l'artiste... Par dessus les toits,

un redoutable chat de garde veille sur la demeure de son maître...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les pêcheurs continuent à remonter le Sebou jusqu'au port,

au pied de la citadelle portugaise... Je dois déjà rentrer vers Rabat, le soleil décline....

Je me hâte paisiblement avant la nuit...

 

 

 

 

 

 

 

J'aimerais survoler l'océan comme un oiseau...

 

 

 

 

 

 

 

Une dernière photo avant la nuit sur le chemin du retour....

 

 

 

 

 

 

 

La nuit est tombée quand je traverse le bois d'eucalyptus de Bouknadel.

Je revets mon bonnet de nuit, pas pour dormir,

il me reste une vingtaine de kms pour arriver aux 3 portes de Salé,

puis une huitaine à travers la ville... Lorsque j'arrive chez Antoinette,

il est plus de 20h. Je suis vanné, une fatigue comme je les aime...

Les chiffres du jour :

Jeudi 1er Mars 2007 (voilà 1 mois que j'ai quitté Alès en Cévennes :

Rabat / Mehdia / Rabat : 93,11km - 16,92km/h

 


Page suivante : ~~ Pleine Lune sur les Remparts ~~

 

 

Posté par chiloedream1 à 01:38 - Permalien [#]